Économie mondiale

Le COVID-19 devrait entraîner une baisse de la consommation alimentaire, une tendance particulièrement marquée dans les pays les moins avancés

27/01/2021 PNG

La chute des revenus découlant du COVID-19 devrait entraîner une réduction de la demande alimentaire, malgré la baisse des prix des produits agricoles. L'un des défis majeurs des systèmes alimentaires dans le monde est d’assurer la sécurité alimentaire et la nutrition d'une population mondiale croissante.

Selon les prévisions mondiales, la demande alimentaire par habitant pourrait reculer de 0,85 % à 1 % en 2020-2021 par rapport aux niveaux pré-COVID. Cette tendance devrait se poursuivre à moyen terme. Les projections pour 2029 prévoient une baisse de la demande d'environ 0,7 à 1 % par rapport aux niveaux pré-pandémiques.

L'impact sur la demande alimentaire devrait être environ deux fois plus important dans les pays les moins avancés (PMA) que dans les pays de l'OCDE, reflétant les dépenses alimentaires plus élevées des ménages de ces pays. Ainsi, une baisse du revenu des ménages due au ralentissement économique a un effet plus important sur la consommation alimentaire dans les PMA que dans les pays de l'OCDE.

Si l'impact moyen sur la demande de calories semble faible, c’est au sein même des pays que cet impact peut être bien plus marqué, et notamment dans ceux où les inégalités de revenus sont importantes. Les pans les plus pauvres de la population risquent d’être les plus touchés. Aussi sera-t-il essentiel de déployer des efforts supplémentaires pour parvenir à une sécurité alimentaire mondiale d'ici 2030, conformément aux Objectifs de Développement Durable.

Pour en savoir plus, consultez le nouveau portail de l’OCDE sur les systèmes alimentaires.

TwitterFacebookLinkedInEmail